la Tunisie en camping car

tourisme en tunisie

tunisie circuit

la Tunisie en camping car

tourisme en tunisie
tourisme en tunisie
la Tunisie en camping car
tourisme en tunisie
tunisie circuit
la Tunisie en camping car
tourisme en tunisie
tunisie circuit
la Tunisie en camping car
tourisme en tunisie
tunisie circuit
tourisme en tunisie
la Tunisie en camping car
tunisie circuit
tourisme en tunisie
la Tunisie en camping car
tunisie circuit
tourisme en tunisie
tunisie circuit
la Tunisie en camping car
tourisme en tunisie
tunisie circuit

Bienvenue en Tunisie

 

La Balade des gens heureux  

Le hasard fait bien les choses. Alain m'a écrit pour me féliciter, ayant apprécié Bienvenue au Sahara, et depuis nos liens se sont raffermis.

Lui-même, internaute averti, n'est-il pas le réalisateur de Camping Car en Liberté. Il est arrivé, en Tunisie, pour une longue escapade, en camping-car, accompagné de Suzy, sa gazelle, comme on la surnomme ici. Nous nous sommes rencontrés, autour d'un couscous, un soir d' avril. Etait convié aussi, le couple Berdah. Raymond Berdah est natif de Tunisie et vient souvent se ressourcer. C'est une ancienne connaissance, par Internet interposé.

Ce fut une soirée conviviale, amicale et enrichissante. Revenus au pays, Suzy et Alain ont commencé à rédiger leur carnet de voyage dont voici, des extraits.

Jeudi 11 avril.
Sites passions !

En attendant notre rendez - vous avec Tahar nous fonçons prendre un peu d'air frais
sur le fronton de mer de La Marsa. Nous avons déjà nos points de repères !
Ouf, ça va mieux…le grand vent du large balaye les odeurs de Sahara.
On est à peine arrivé devant le parking du grand hôtel 4 étoiles que Tahar nous rejoint .
Michelle son épouse nous avait averti ce matin par téléphone qu'il serait accompagné par
des amis français…présentations : Raymond, Marie Claude…Suzy , Alain…
nous on est de Grenoble…et nous d'Herricourt.. comme le monde est petit !
On te suit Tahar ! le Fleurette se faufile derrière la Golf dans les quartiers nord.
Marche arrière pour rentrer dans le jardin.. on ouvre toutes les fenêtres, la nuit s'annonce torride.
Tahar est le créateur du site " Bienvenue au Sahara " c'est pour cela que nous sommes en relation. J'ai découvert et aimé ce site de passion d'un passionné.
" Moi j'aime ma ville natale Nefta.. alors j'ai voulu en parler ", et puis d'une page à l'autre ce sont toutes les villes et traditions du sud qui prennent vie sur le site de Tahar.
On parle sites, de CCeL qui ne peut être vu ici car les sites " gratuits " comme ceux de Free.fr posent quelques problèmes ici…tout au moins c'est ce qui se dit. Raymond lui aussi est très " branché "…il est né en Tunisie lui, toute petite enfance du côté du Kef, où il revient parfois
à la recherche de la maison natale…maintenant proviseur de lycée dans notre Franche - Comté, lui aussi il a été passionné par le site de Tahar..
Et nous voici devant le couscous de Michelle, bretonne elle, philosophant sur les grands courants qui ont formé la sérénité tunisienne. Le temps passe, les heures s'oublient…
et pourtant il faut bien se poser, demain les uns reprennent l'avion, les vacances scolaires
c'est fini, un autre ira informatiser l'aéroport de Tunis…
Michelle sera là demain , ce matin pour nous ouvrir le portail !

Vendredi, déjà, 3 mai.
Grande chaleur !
Plus fraîche que prévue la nuit…un petit 23 au matin…en France il pleut au nord d'une ligne…
et il neige dans le Massif Central ! On fait vite les bagages…
beaucoup de choses au programme et les prochains jours vont être très serrés !
Tozeur est une reine des sables, tout l'architecture le rappelle. Briques de terre crue, assemblées en motifs géométriques, figures ancestrales qui reflètent l'histoire dure
des habitants. On se jette dans la médina, seuls comme on peut l'être au petit matin.
Médina presque déserte. Un jeune vendeur dispose les céramiques de son étal…
" Bonjour Madame… tu connais la médina ? Si tu veux je te montre… " ni oui, ni non…
on n'a même pas le temps, il faut savoir se laisser faire. Il s'appelle peut-être Ali ou Mehmet…
on ne cherche même pas à savoir pris dans le tourbillon des explications qu'ils nous distille avec précision. Rare culture pour un si jeune, rare privilège d'être ainsi guidés par le hasard.
La médina est en pleine rénovation, après son classement par l'UNESCO. Les murs font cure de rajeunissement, les intérieurs bruissent des travaux de maçons. L'identique se remet
en place. Jeux de briques en compilations achevées , arc des portes ; ogives pour les chapelles, droites pour les habitations, ajustement des poutres de palmiers et d'abricotiers
dans des assemblages qui défient le temps…Et puis les subtilités de bon sens des anneaux des portes, à gauche celui des femmes, à droite celui des hommes, au-dessus celui des cavaliers, en bas pour les enfants ou les handicapés….et les judas discrets.. et les…
On resterait des heures dans ces ruelles calmes entrecoupées de voûtes où se profilent
les voiles noirs des femmes de Tozeur.
Noir au liseré large bleu, elle est mariée, le liseré est fin elle est célibataire…tu choisis !
La palmeraie n'a pas encore pris son image touristiquée, " ils arrivent vers 10 heures les groupes ! "…quelques calèches pourtant tentent de nous précéder au Zoo du Sahara.
Nous en avons gardé un souvenir rustique…
Le rustique a bien " évolué " …au rythme des " animations " demandées par les organisateurs de circuits. Des groupes sont déjà aux premières loges des numéros de cirques des guides. Suivons un peu, la cage des " chirac ", aigles du désert aux profils acérés, la panoplie
des serpents jaune sable ou avec des pattes, ça s'appelle alors des lézards, toujours jaune sable…



Le dromadaire écoute cela depuis des années, il n'en a cure et attend sa bouteille
de coca-cola " Vous comprenez pourquoi le chameau jaune est devenu marron ! "…
Notre fennec a fait beaucoup de petits, ils jouent de la prunelle avec les visiteurs,
et même les renards du désert qui font des clins d'œil !
Le numéro des reptiles est le clou de la visite, scorpion mortel jeté aux pieds des vaillants touristes, vipère cornue les yeux dans les yeux, couleuvres en foulard spaghettis…
Ca ira pour la séquence frisson…un petit tour au jardin luxuriant du Paradis pour s'en remettre… Sur la route de Nefta la chaleur monte rapidement…route superbe qui domine le chott et son immensité. Vingt kilomètres de bravoure, des milliers de palmiers sont plantés entre des haies de palmes pour retenir les envolées du sable.. des citernes leur apportent une eau trop rare.
Ici depuis quatre ans la pluie n'obéit plus à Allah !
Belle arrivée à Nefta. Nous allons directement au syndicat d'initiative, nous devons y voir
le responsable Naceur, ami de Tahar. " Il y a des jours que je vous attends, Tahar est passé l'autre jour ! " Eh oui Naceur, mais il nous a fallu faire toute la Tunisie avant d'arriver au sud !
Plan de visite pour cet après-midi, Naceur nous guidera pour le traditionnel coucher de soleil
à la Corbeille, mais pas avant 16h30 car " c'est vendredi et j'ai mes prières ! ".
Pour l'heure nous recherchons un coin de fraîcheur…ce sera " Le Paradis "…il porte bien son nom en lisière de palmeraie ! On retrouve la petite rivière qui était enfouie dans nos souvenirs avec une nuit sous la guitoune…la petite rivière est devenue canal bétonné, un peu moins d'eau. Un tracteur citerne vient puiser sa ration pour les massifs de la ville. Allez on se pousse, on
se partage la place. Le Paradis c'est aussi un petit resto…et qu'est-ce qu'on fait quand on a
un resto sous la main ? Resto' à bord bien sûr ! petit à petit l'endroit se meuble de voitures, fidèles ou touristes détournés par les guides, chacun y va de sa manœuvre pour profiter
de l'ombre..37, 38…38°9 et à l'ombre !
Tour de médina avant de retrouver notre guide. On remonte à sa hauteur à la recherche d'un coin d'ombre pour laisser le Fleurette. Soudain sortant d'une ruelle au galop une charrette tirée par un âne loupe son virage et se renverse…le petit charretier est affolé de voir son ami-âne
sous la charrette, je stoppe pour l'aider, une voiture en fait autant…
allez tous ensemble " debout l'âne et marche !
Le jeune est éberlué et tout le groupe me congratule, le " touriste " il a remis l'âne debout !
Allez on prend les chapeaux ! dans les rues désertes on a un peu l'impression d'être des zombies…pas anormal, les décors des " guerres des étoiles 2 et 3 " sont dans la région !
Dans un angle un artiste joue avec les courbes pastel des arches.
La canicule est à son comble, le soleil d'été, une musique tonitruante vole par-dessus les terrasses. Pendant un moment je crois que c'est la mosquée proche.. " Bonjour Madame… comment tu vas ? " une famille est sur le pas de sa porte, c'est d'ici que sort la musique.
Ca va bien, c'est pour quand la pluie ? Je ne sais pas trop s'ils ont compris la question mais
ils nous invitent à rentrer. Allez il fait peut-être meilleur dedans ! papa, maman et les 2 filles
sont en plein travaux de maçonnerie, béton, crépi, lissage…mais il nous faut les admirer
les murs nus, et se débrouiller à être admiratifs avec 2 ou 3 mots de français…
On débouche par hasard sur la place centrale de la médina. Ici ils ne doivent pas voir souvent des étrangers. Trois magasins de bric et de broc et l'inévitable café, un peu vide à cette heure …et si on " prenait " quelque chose ?. Le choix est des plus rapide , c'est coca et/ou soda…
ce sera coca, ça fait jeune !
On retrouve le Fleurette toujours dans son coin d'ombre…tiens mais on n'avait pas vu, c'est
le poste de police ! Au moins il était sous protection ! " Vous n'avez pas le droit de rester ici, c'est la police ! " Le quidam est cravaté, donc ça doit être le chef…Excusez-moi Monsieur
le policier, je n'avais pas vu, je savais pas etc.…Un autre policier, costumé reconnaissable
celui-là vient se mêler au dialogue…ouille,ouille ! " Pas de problème, vous rester ici, vous êtes bien ici ! " Alors c'est qui qu'on écoute ? Le quidam nous lâche et rejoint son… taxi !
" Vous êtes à l'heure Messieurs, Dames ! " Normal Naceur , on a beaucoup à voir !.
Co-pilote en burnous le Fleurette se lance dans la palmeraie,
délicieux travelling dans la lumière qui s'adoucit…
Naceur est intarissable sur la palmeraie, ses grands chiffres, ses us, ses coutumes.
Intarissable comme le permet 37 ans de syndicat d'initiative.
Une palmeraie a ses étages, rez-de-chaussée de cultures maraîchères, oignons, salades, tomates, maïs…au-dessus les fruitiers : pommiers, jujubiers " tu goûtes Madame ! ", grenadiers,et au dernier étage les dattes, celles de Nefta sont les plus réputées,les deglet-nour " doigts de lumière ". 400000 palmiers irrigués par 152 sources, un réseau de canaux quadrillant la palmeraie. Chacun a son lopin de terre, son programme hebdomadaire d'irrigation, et installe une vie sereine aux pieds des grands arbres.
Nous sommes en pleine période de pollinisation. Là-haut accroché dans un palmier un paysan, vigneron du désert, fait une beauté au sommet, jette bas les palmes mortes et tel un vigneron, apporte aux grappes naissantes le pollen du palmier masculin …



C'est un choc lorsque la piste sort de la palmeraie, choc de lumière, choc de chaleur.
On avance entre chott et erg, lac et désert... les puits d'irrigations ponctuent le pourtour de
la palmeraie, le chapelet de grands réservoirs se complète. Des petits groupes de briqueteurs travaillent à même le sol, derniers artisans de l'architecture locale en attendant l'usine à briques, toute construite mais qui attend de démarrer..
" Alain.. madame…on va voir le mirage ! " …on oblique dans le chott, la piste devient petit chemin qui serpente entre des touffes de tamaris nains, de salicornes. " Tu restes bien sur la piste, c'est tendre ici. ". A vrai dire je n'ai envie de quitter le rail luisant de terre tassée, à côté c'est la croûte craquelée ourlée de blanc. L'air sent le sel. " La-bas Monsieur, Madame…mirage garanti Naceur ! " Le voici enfin notre mirage , au fond de l'air qui vibre. On a beau connaître
le phénomène, il est toujours surprenant. " Arrête l'auto, on descend ! " Ouf il est toujours là " notre " mirage. Les palmiers de l'oasis, les voiliers du port, les…de l'imaginaire.
" Alain tu te baisses… " Et voici le mirage à géométrie variable, les voiliers rentrent dans la mosquée…Un vélomoteur s'en détache. Dis Naceur, il est vrai ou il est faux ? " Lui il est vrai ! " D'où sort t- il, étrange échafaudage d'un adulte et de deux enfants sur un cyclo antique.


Bon, ok on comprend, on était repérés de loin…Les deux fillettes nous bondissent dessus,
les bras chargés de poupées sommaires, l'une d'elle porte un bébé fennec…merveilleuse image au milieu du chott, à des kilomètres de tout , dans la flambée d'un soleil qui décline.
Les fillettes n'ont pas un mot de français, leur père non plus et il se tient à distance…
Naceur traduit les négociations, petits cadeaux à 1 dinar, grande joie pour les enfants..
Allez on se détache ! Le soleil avance.. On quitte le chott, un poste de police à quelques kilomètres de la frontière algérienne, mais Naceur connaît tout le monde.
Maintenant piste de sable ! Suzy s'affole… " T'en fais pas Madame ! " je connais tout ici !
" Alain tu restes bien sur le milieu… " Bon , oui…mais ça glisse comme sur du verglas.
En douceur, en douceur. Au bout là-bas un 4x4 brille au soleil, quelques silhouettes de chameaux… On va jusque là-bas Naceur ?
" Tu arrêtes là, avec le camping-car on n'arrivera pas. On va le laisser là et on ira à pied ! "
Et comment je retourne moi ? " On fait demi-tour ici.. " Ici c'est du sur place, du sur place au millimètre… " Tu fais ce que je te dis, t'écoute pas ta gazelle ! " la gazelle elle est à l'arrière
du Fleurette et ne brille pas ! Ouf…il a suffi d'une dizaine de va et vient…pas brillant !
faudra que je m'entraîne encore !
Balade aux dunes vers le soleil qui les frise. On ne voit rien, rien d'autre que des dunes,
on n'entend rien, rien d'autre que le vent sur le sable, et tout rayonne dans le silence !



Ce qui embellit le désert c'est qu'il nous cache toujours quelque chose.
Naceur nous dit aussi son amour depuis toujours, il ne connaît que lui.
Ce qui se passe là-bas, ces 4x4 qui détruisent le paysage, qui polluent les esprits…
ça lui donne des nausées, et il a besoin de cette solitude.
" Les technocrates tu leur donnes le Sahara,
dans six mois il faut qu'ils achètent du sable ailleurs " Il avait tout compris Coluche !
Le soleil est voilé de sable, la chaleur anormale de la période.
Le coucher de soleil ne sera pas à la hauteur de nos attentes.
On rentre sur Nefta en passant par " La Corbeille ". C'était un lieu magique, oasis dans l'oasis,
les sources jaillissaient sous les palmiers. Les technocrates sont passés par là ,
l'eau déviée a disparu, il faut la pomper pour donner un peu de vie…
Mais qu'elle est belle encore la Corbeille vue d'en haut !
Le soleil se couche dans une grille de fils électriques, il est des premiers plans qui en valent d'autres. Retour au bureau de Naceur, le S.I. On échange nos adresses, il nous montre son trésor : collection de cartes de visites de ses " clients-amis "..on y rajoute bien sûr la nôtre. " Suzy, Alain…permettez que je vous offre mon cadeau ! "
Et avec le mode d'emploi en plus, des turbans " à la Naceur ! "…
Retour sur Tozeur, un petit chagrin au cœur…
Personne au camping…les 4 chats errants attendent Daky !
.....>>

Ce carnet est disponible sur le site de son auteur Alain Guillard:

Camping Car en Liberté

Hit-Parade